Franz DEWANDELAER revisite Georges WILLAME

…………..

G. Willame : Les mourts (Air Le Pendu)

1
Au Toussaint les mourts sont st à l’fiesse ;
Les vivants vnont dsu pesteller ;
Huit’djous dvant l’cémintière s’appresse
Ey on comminche à l’sarquéler.
On scur’ les coès comme pou n’ducasse,
On fait rlur’ leu grossès lettes d’our ;
çu que l’vigin fait, on l’surpasse;
C’est d’ainsi qu’on sontche à les mourts.

……….

Franz Dewandelaer – parodie – (1930 ?) air du « Pendu » (Mac-Nab) arrangement musical d’Octave Grillaert

1
L’a treize ans qu’Willame astout voie
L’a vingt ans qu’on n y sondgeout pu…
S’nom ç’astout comme èn’ ligne à l’croïe
Quë l’vint dèsfasse in chuflant d’sus
Asteur, d’vant s’posture on pestelle
On vî pour li s’qu’à du dèhours
Il est vrai qu’c’est l’fwère à Nivelles
C’est d’ainsi qu’on sontche à les mourts.

………

…………..


Laisser un commentaire