Harpigny à Bournivau

«Ratindez ‘ne miyète kè d’vos atrape, pètit galopia, djè m’vas vos loyi vos solés av’in

«Ratindez ‘ne miyète kè d’vos atrape, pètit galopia, djè m’vas vos loyi vos solés av’in pwèy’ dèm bârbe, kè vos n’sârez pus jaméles rsatchi !»

ËI rasounâdje dè ‘s vwè m’èrbuche co pacoû, swèsante-cik ans après. Mon Dieü qu’d’avoûs yeü peû !
Tout ça avoût couminchi pa ‘ne bèle djoürnéye dè l’èsté ‘45 – dj’avoûs cik ans èt d’mi passé – èle guére astoût woute, mins les Aclots, qu’avine branmin soufri du racionemint, vènine co souvint s’értaper dlé les cinsis, ou bi » s’èrmète su leûs potières comeis l’avine fêt pindant les anéyes dè guére: yè pou d’aucuns ç’avoût dmoré ène abutud’ dè vni dinsi mindjf in boun bokè sul payisan. || avine télmint bin pris l’abutud’ qu’is astine toudi dins leûs abitud’ chake coû qu’ is vnine al cinse du Joli-Bo à Bournivau, dlé mounonke Mé (Aimé Lebon) yuskè d’passoûs des djoürnéyes t’intières.
Mi ètou dj’avoûs là mes abitud’, mins mi dj’astoûs dèl famiye, viyez ! Yeüs’ par conte…
Ô, dj’avoûs bin compris, cè, kè quand is vnine à toute ène binde pou din.ner ou bi pou souper, on leûs lèyoût insprès les pus bias bokès : bi waye èndo, kè volez, is stine dèl vile, yeüs’ ! Is fèzine bi des grimaces à tâbe, mins au dbout du comte is vos d’in stron.nine toulminme pou twès djoûs ! C’est vré qu’il avine fangn’, les maleüreüûs, sins oûser criyi famine.

…………..


Laisser un commentaire