Les fastes de la Rentrée du Tour et les cortèges historiques à Nivelles – Une introspection sur un passé grandiose ?

« Si le Nivellois se montre en général casanier, et s’il nourrit pour son foyer

« Si le Nivellois se montre en général casanier, et s’il nourrit pour son foyer un amour trop exclusif, il est, de la meilleure manière, profondément traditionaliste : héritier d’aïeux qui vécurent pendant des siècles à l’ombre d’une abbaye prospère, et qui, pour la plupart, vécurent d’elle ; il tient à ses coutumes ancestrales, à la procession séculaire, à ses bons géants, à ses spécialités culinaires éminemment respectables, dont les abbesses ne dédaignèrent point de réglementer la recette. »

Ce que Paul Collet écrivait en 1927 reste bien d’actualité le Nivellois est et reste traditionaliste. On constate qu’il a un réel besoin d’entretenir ses racines, de se remémorer les temps passés et de se souvenir de tous les acteurs qui ont fait l’histoire et la gloire de sa cité. Dans l’organisation de toutes les manifestations culturelles ou folkloriques, il observe un même rituel qui pourrait être lié à ce que certains appellent « l’esprit de clocher ».

……….


Laisser un commentaire