Mai 1940 – Nivelles bombardée, La reconstruction s’organise

Quelques mois après le bombardement de Nivelles de mai 1940, on envisage déjà la reconstruction

Quelques mois après le bombardement de Nivelles de mai 1940, on envisage déjà la reconstruction du centre de notre ville. La presse de l’époque -— toujours sous le contrôle de l’occupant, quand ce n’est pas tout à fait « embochée » – relate les différentes tendances qui se dégagent en vue de cette reconstruction. J’ai retrouvé des copies dactylographiées (la photocopie n’existait pas encore à cette époque) d’articles parus alors à ce sujet. Nous les reproduisons « mot pour mot ». L’orthographe des noms des architectes cités diffère d’un article à l’autre, nous n’avons pas, jusqu’à présent, trouvé la bonne orthographe de ces patronymes. Les mots entre [ ] sont des commentaires personnels. ……

J’ai rôdé dans tous les coins de Nivelles meurtrie. J’ai revu son joli parc de la Dodaine, aussi charmant qu’il y a dix ans. Les belles avenues de peupliers centenaires ont disparu ainsi que son pittoresque kiosque chinois. Sainte-Gertrude est le joyau de la ville. C’est donc à la collégiale que je me suis rendu. De l’entrée du temple, toutes les ferrailles de la tour écroulée ont été enlevées. Le chalumeau a passé sur ces poutrelles tordues. J’eus la bonne fortune de rencontrer le sacristain ; piloté par lui, j’ai d’abord voulu voir « nos cloches ». J’ai grimpé à la tour « Madame ». Le pauvre « bourdon » frappe ma vue : d’un volume et d’un poids énormes, il est la plus grosse cloche de Nivelles. Quelques marches: par un trou béant j’ai passé la tête : les cloches principales sont là, soutenues seulement par des fers tordus, suspendues dans le vide du clocher.

……….


Laisser un commentaire