Si on Ascoutoût ’l vi

Introduction L’orthographe de ce qui suit est d’époque – Que les pratiquants et/ou étudiants de

Introduction
L’orthographe de ce qui suit est d’époque – Que les pratiquants et/ou étudiants de notre si beau dialecte en tiennent compte, mais surtout que cela leur profite d’avoir à redoubler d’attention, quitte à devoir se replonger dans la « Bible » selon saint Aclot si bien rassemblée, enseignée, commentéeet ajustée si besoin est par Jean-Jacques CHAPELLE.

Lès premis djoûs d’’annéye satchons l’z’autes a leu cu, tant què ‘l saint Silvèsse n’a nf v’nu.
Bounan, boune année, èm panse èst trawéye, donèz ‘m in bounant pou mête pa-d’vant !
Premi janvié, djoû dès faus visâdjes, djoû des masses.

Pieuf in fèvié , c’èst dèl fichéye.
Quand fèvié èst bia, mârs èn’s’ra qu’ène nuwéye.
Trop dous fèvié aminne in temps fwèd.
Nédje in fèvié, fumi su lès pachis.
Pieufin fèvié, pavéye frèchie.

Sêtch” mârs èyè frèche avril, ‘l sinci èst binaiche.
Sêtch’ mârs, frèche avril èyè tchau mai, tout vi com ‘i faut.
Quand i toûne in mârs, l’ sincî n’èst nf » a s’ n’aiche, quand i toûne in avril , i dwèt yèsse binaiche.
Brouyärd dè mârs, djéléye dè mai.

…………..


Laisser un commentaire