Tcheú, qu’i fét fwèd

O n’a pus intindu qu’ça pindant ‘ne kinjin.ne. Qu’ ça seûche sul martchî, sul gazète,

O n’a pus intindu qu’ça pindant ‘ne kinjin.ne. Qu’ ça seûche sul martchî, sul gazète, al tèlèvijon, intrè vijins, vos n’intindîz pus pârler què d’ça : i fét fwèd, y’on vos d’in rmêtoût co toudi ne coûche dè pus come si’ monde âroût volé au rvièr.
Vos ârîiz dit qu’nos stine in trin d’hate tous les rcords dè fwèdur’ dèspus des sièkes.
D’acoûrd, ça va couster tchér pou tchaufer nos ptitès mèzonètes, mins, pou ‘l rèsse, ça valoût-i les pin.nes dè d’in
fé in ramâdie parey’, alé !? Nos n’astons co qu’in fèvié, savèl Yè l’uvièr n’est ni” woute in fèvié, à c’què d’seüche: o n’nos a ni” co rmaniyîles sézos!
I sârat co bi’ timpe assez dè tchér au rvièr èl djoû qu’nos ridrons sul wargla in rvènant du kinje d’awous’ à Yte.

…………..


Laisser un commentaire