Ombres

OMBRES L’ombre des jours passés me poursuit sans relâche. L’ombre longue de joie, d’espérance et

OMBRES
L’ombre des jours passés me poursuit sans relâche.
L’ombre longue de joie, d’espérance et de pleurs.
L’ombre sombre, imprécise, avec son contours lâche.
L’ombre nombreuse et froide oti se meurent Les fleurs.

L’ombre irréelle et fausse et qui naît des lueurs.
Et qui n’est pas futile et qui n’est qu’une tâche.
Sur le présent réel et cruel, pauvres soeurs.
Tendre fleur du passé qui n’abat ni se fâche.

……..


Laisser un commentaire