» Brûtâdjes du matin. »

El solèy vint d’pîkî ses tout promîs rèyons,
C’èsst-in matin dorè come in vitrau d’èglîje
Qu’èl nût’ a dèssiné sul nwêre fèrnièsse sins fond.
Tout brûtîye, tout ravike, pourcachant les ombes grîjes.

Ene cane yè ses pouyons, come ène blanche pourcèssion
Nayont palé l’ètang s ‘dandinant dins ‘l tan’zéye;
El vint qui cour’ sul crèsse fét mûjner les buchons
Yè ‘l coq dzeur èl tchèri rinvèye toute èl valéye.

……..


Laisser un commentaire