Enseignes Nivelloises Antérieurs au 19e Siècles


 » Lorsque j’appris que ma maison natale s’appelait, aux XVIIIe siècle, la « Maison blanche » et qu’elle avait pour voisins : à gauche, le « Saint-Esprit » et, à droite, le « Refuge de Bonne Espérance », cette découverte ne me parut pas plus importante, mais me fut plus sensible que celle des sources du Nil ».


Ainsi parlait Georges Willame en 1912. C’est dans l’espoir que nos lecteurs seront sensibles au savoureux langage des vieilles enseignes nivelloises que Monsieur Lucien Chaufoureau a pris la peine – et nous l’en remercions bien vivement – de présenter pour vous, sous une forme abrégée et moderne, l’importante étude que Mr. Aimé Brulé a consacrée aux enseignes nivelloises antérieures au XIXe siècle (étude parue en 1926 dans le tome VI des Annales de la Société Archéologique de l’Arrondissement de Nivelles). Pouvons-nous espérer que les Aclots, les commerçants surtout, seront assez « sensibilisés » que pour remettre en honneur cette poésie des Ecus de France et de Bourgogne ou de la Lune croissante d’or…..


Laisser un commentaire