Françoise Pêtre, une artiste québécoise de chez nous

Elle a exposé quelques-unes de ses oeuvres au Barob’art en octobre 1999 à Nivelles. Nous l’avons rencontrée pour vous.

  • Quand et comment vous est venue la  » vocation  » artistique ? Par quel cheminement êtes vous parvenue à y répondre ?
    Je devais avoir dix ans et mon père m’avait emmenée au cinéma voir la vie de Michel-Ange. A la sortie, je lui ai annoncé que je voulais devenir un peintre célèbre, ce qui l’a fait beaucoup rire. Néanmoins, à
    mon anniversaire, il m’offrait ma premiere boite de peintures à l’huile. Plus tard, me sentant végéter
    dans mes études gréco-latines, j’ai tout laissé pour les arts décoratifs où je me suis enfin sentie à ma
    place. La période entre 20 et 30 ans fut stérile, la vie s’occupant un peu trop à me bousculer. La vie professionnelle fut une suite de contrariétés. Je me sentais différente et ne pouvais me contenter de survivre.  » Vivre  » a commencé vraiment le jour ou j’ai décidé de réaliser ma vie d’artiste. La suite se résume en un seul mot : le travail et encore le travail.

……..


Laisser un commentaire