Glanes littéraires & artistique ; Du côté de chez PLON

Peut-être avez-vous vu le film « a grosse Caisse » ? Dans ce film – récemment joué à Nivelles – Mr Bourdin (alias Bourvil), poinçonneur au Métro de Paris, lorsqu’il eut terminé d’écrire son roman, imaginant un vol audacieux, alla porter son manuscrit chez Gallimard. On le lui renvoya avec un refus : l’histoire était invraisemblable. Bourdin envoya alors son récit: qu’il avait intitulé « Métropolitain story », chez les Petits et grands éditeurs parisiens, y compris Grasset et Julliard qui aiment la publicité et qui sont passés maîtres pour écouler « la marchandise », Née après la guerre, Julliard écoule même de la marchandise discutable : Minou Drouet, Françoise Sagan ! Mais la remuante maison d’édition ne voulut point de « Métropolitain story », Alors Bourdin, devant ses amis moqueurs, annonça l’ultime démarche : les Presses de la Cité. Qu’est-ce à dire ? Que les Presses de la Cité acceptent n’importe quoi ? Non assurément. Mais elles sont riches et puissantes. Si riches qu’elles viennent d’absorber Julliard et la vieille maison PLON, qui comme vous le savez, est d’origine nivelloise. Mr Joseph Coppens, avec beaucoup de précision et de détails peu connus, a publié dans le Rif de novembre 1964, l’histoire de notre première imprimerie nivelloise. Rappelons-en ici les grandes lignes en y ajoutant quelques notes d’un passé plus récent. Fuyant le Danemark, les Plans s’installèrent…….



Laisser un commentaire