La Restauration de L’Avant-Corps de la Collégiale


A la demande de Mr Harcq, conseiller (PLP), les points suivants avaient été portés à l’ordre du jour du Conseil Communal du 30/6 : le retard apporté à la restauration de l’avant-corps de la collégiale, la décision quant au maintien de la flèche, ou mieux, l’adoption de la tour romane, en harmonie heureuse avec le reste de l’édifice, les sommes de dommages de guerre encore à utiliser, l’état de désagrégation de la Tour Madame et de la Tour de Jean de Nivelles et les accidents qui pourraient s’ensuivre, l’enlèvement des arbustes et de la végétation qui croissent de toutes parts à l’avant-corps. Comme nous l’avons signalé dans un Rif précédent, un différend opposait la Ville et les architectes chargés de la restauration de l’avant-corps, au sujet des honoraires. La Ville invoquant l’ampleur du travail et son coût énorme – quelque 60 millions de francs – ne voulait pas payer plus de 8%. Les architectes réclamaient plus, Une nouvelle convention a été signée fixant les honoraires en question à 9% de l’ensemble des dépenses. Les travaux pourront débuter en mars prochain et nécessiteront 4 à 5 ans. Le Conseil a entériné cette nouvelle convention. Quant à la flèche, le Conseil Communal du 18 septembre 1956 s’est prononcé, à l’unanimité moins une abstention, pour sa réinstallation. Voilà la lutte, teintée assez curieusement de couleur politique, qui ressurgit entre « fléchistes » et « anti-fléchistes ». Elle fournit le pain bénit de la chronique …

Laisser un commentaire