L’école gardienne Louise-Marie.

Toute la vie de Francois Le Bon fut consacrée à lutter contre la misère de son temps.
C’est à lui que revient l’honneur d’avoir fondé la première école gardienne de notre ville.
Elle était grande et nous avons peine à l’imaginer. La classe laborieuse, mal rétribuée, ignorante, croupissait dans d’infectes taudis où, faut-il le dire, l’hygiène était totalement inconnue. Des épidémies fréquentes s’étendaient avec une rapidité effrayante. En 1832, le choléra avait ravagé plusieurs pays et Francois Le Bon qui fréquentait alors la Faculté de Médecine de Paris avait eu l’occasion de soigner de nombreux cholériques.

Lorsque 16 ans plus tard, à l’approche de hiver 1848, qui s’annoncait très rigoureux, le choléra fit de nouveau son apparition, l’administration communale de Nivelles, qui n’avait pas oublié les désastres de 1832, institua un Comité de Salubrité Publique chargé de prendre les mesures hygiéniques indispensables. François Le Bon, qui depuis quelques mois avait été nommé président du bureau de bienfaisance de
Nivelles, fut chargé de l’organisation de ce comité.

……..


Laisser un commentaire