Les Cwerleus


« Un enfant d’Arquennes » – à qui nous souhaitons chaleureusement la bienvenue dans nos feuillets – manie l’écritoire avec un rare bonheur. Ecoutez-le décrire les carriers solides au cœur généreux et laissez-vous bercer par le chant de la pierre.


Com’ dju vourou in rwétant nos vilâdjes,
Co pouvwér èrtrouver leu vré visâdje.
Pus qu’dès tiènes yè à costé dès traus,
D’yû nos péres ersatchin èl cayau.
Eyû-c’qu’èl sont tout’s nos bêlès cwèrières ?
Elas ! i n’dèmeure pus qu’leu n’istwère.


Laisser un commentaire