Les filles de Monsieur Lucien

Une étrange rumeur
Une prétendue rumeur attisa ma curiosité. Il existerait à Nivelles, du côté de la rue Lagasse, un étrange personnage entouré de plusieurs jolies demoiselles vêtues de jaune et de noir. Je veux en avoir le coeur net. La tentation est trop grande. Je me dirige vers le haut de la ville pour en savoir un peu plus. La rue est calme, à peine quelques passants.
« Un Monsieur Lucien qui aurait des filles ! Connais pas, invective un des chalands. Nous n’habitons pas un quartier louche, vous savez, poursuit-il. Y a bien un Lucien qui habite un peu plus loin. Allez toujours sonner ».
L’âme de détective qui sommeille en moi me force à appuyer sur le bouton-poussoir de la sonnette, ou à tourner la clef papillon située un peu plus haut. Un homme de belle allure ouvre délicatement l’huis.
— qu’est-ce guê vos volez ? (Qu’est-ce que vous voulez ?)
— Je cherche un certain Monsieur Lucien. On m’a signalé qu’il posséderait ”des filles, de très jolies filles.
— Ouaye ! C’èst bî cî. Intrez colau ! (Oui, c’est bien ici. Entrez, mon ami).
La stupéfaction et l’inquiétude m’envahissent.
Monsieur Lucien semble vouloir me montrer ses filles.
Il me tend une casquette, me contraint à en revêtir mon sinciput et fait de même.
— Le casque est obligatoire …….

………

Histoires et anecdotes apicoles nivelloises.

L’apiculture au 19è siècle
Il existait, vers le milieu du 19e siècle, des groupements de passionnés d’apiculture mais rien n’était véritablement structuré. Les associations locales se sont transformées par la suite en associations régionales puis nationales. Les conférences, expositions, concours prirent lentement de l’importance. Les congrès demeurèrent toutefois indépendants.
La Belgique, a cette épogue, avait énormément de retard sur les autres pays. On pouvait lire, en 1884, dans un livre intitulé « Apiculture en Belgique » … qu’à part les exceptions, on ne voit en Belgique que de maigres abeilles reléguées sans soin et toujours cette habitation antédiluvienne, en forme de cloche, que nos aïeux les plus reculés connaissaient et qui n’a subi aucune amélioration.

……..


Laisser un commentaire