L’Événement Théâtral Nivellois « El Roûse dè St-Ernele »


EL ROÛSE
Le 2 mars 1890, un cercle dramatique nivellois dénommé « LA GAVOTTE », composé de jeunes intellectuels, créait, au Waux-Hall de Nivelles, une pièce wallonne (un prologue et trois actes) dont l’auteur , Georges Willame, un Nivellois pur sang, honora plus que tout autre la littérature dialectale par de nombreuses pièces wallonnes (contes, nouvelles, articles de presse, etc), dont cette « Roûse » qui est son chef-d’œuvre et qui, depuis sa création, est remise à la scène ici tous les deux ou trois ans.

LA LEGENDE
Il était une fois un bon roi qui vivait simplement au sein de sa famille et qui fut atteint un beau jour d’un mal inconnu qui lui paralysa une jambe, Tous les remèdes familiers furent tentés en vain, lorsqu’un jour un villageois vint lui révéler que le mal dont il souffrait était le « mal de Sainte-Ernelle » et qu’il était aisément guérissable grâce à une rose presque brune et douce comme du velours, croissant dans les bois. Le roi, reprenant espoir, envoya. ses deux fils et sa fille à la recherche de la fameuse rose de Ste-Ernele, promettant à celui qui la lui rapporterait la moitié de sa fortune. C’est Geneviève qui la trouve dans un bois, mais son frère Guillaume (le prince héritier) la tue pour s’emparer de la fleur & du magot. Et il revient triomphalement apporter à son père la précieuse rose qui guérit instantanément la jambe malade, à la plus grande joie du roi qui, du coup, promet à son peuple une série de bienfaits et de mesures « en faveur des ouvrîs éyè des sincîs ».
Mais à l’endroit même du crime, un roseau a poussé,…..

Laisser un commentaire