Nivelles Pour Mî

NIVELLES, POUR MI … Argument de la chanson de Louis Botte, que les Nivellois chantent dans la liesse des réunions de famille ou de société et qui doit sûrement sa pérennité à la très jolie mélodie du musicien compositeur et professeur Ursmar Scohy, qui fit toute sa carrière dans nos murs. Argument qui nous enchante aussi parce qu’il est vrai que Nivelles est une belle ville, parce qu’il y fait bon vivre, parce que toute son histoire nous touche au cœur. Nivelles, pour mî… C’est la résidence de Pépin le Vieux, dit de Landen, père de Sainte Gertrude, décédée à 33 ans en 659, fondatrice du monastère autour duquel est née au VIe siècle la ville actuelle, à l’emplacement de la bourgade gallo-romaine, berceau de la dynastie carolingienne, deuxième race des rois de France (dixit Paul Collet). Ce fut celle de Sainte Marie de Nivelles, dite d’Oignies (1177-1213) qui naquit au n° 3 de la rue de Mons. C’est l’histoire des occupations étrangères qu’a dû subir notre bonne ville, de ses incendies et de ses dévastations, à commencer par celle des hordes normandes en 879, des épidémies de peste et de la léproserie de Willambroux, des spoliations et exactions de toutes sortes, de la révolution de 1830 au cours de laquelle s’illustrèrent de nombreux Nivellois, dont deux femmes, des événements qui firent de Nivelles la capitale……




Laisser un commentaire