Ursmar SCOHY (suite)


L’ école normale, qui avait sa petite fanfare, jouait la marche – un alerte et pimpant « pas redoublé » – intitulée « Normalia » et dédiée par Ursmar Scohy à « ses chers élèves ». Il a également mis en musique plusieurs poèmes de Victor Hugo et d’autres écrivains, œuvres malheureusement restées inédites comme ses sonates pour piano, ses œuvres de musique de chambre et sa « grande marche héroïque » pour orchestre symphonique que notre ami Mr Louis Genty fit exécuter dans la salle des Arts & Métiers le 26 janvier 1964. Son plus beau fleuron est saris doute « Nivelles, pour mi », paroles de Louis Botte, chanson qui doit sa pérennité à la fort jolie mélodie d’Ursmar Scohy, que l’on respecte si mal … Toutes les notes, qui marquent le sommet d’une phrase mélodique, sont prolongées de telle manière que le rythme voulu par l’auteur est continuellement trahi. C’est du moins l’avis de Mr Louis Genty, professeur de musique dont la compétence et l ‘activité font aussi honneur à notre cité. La même mélodie à été……

Laisser un commentaire