Le bombardement de Nivelles du 14 mai 1940 : récit de Germaine PARMENTIER

En hommage respectueux à une dame, aujourd’hui nonagénaire, qui a marqué de son émouvante et

Auteur : DARDENNE Philippe et LECOCQ Georges

En hommage respectueux à une dame, aujourd’hui nonagénaire, qui a marqué de son émouvante et efficace empreinte la vie, sous tous ses aspects, de sa chère ville de Nivelles, se multipliant au-delà de tout ce que l’on peut imaginer pour assurer la pérennité du Syndicat d’initiative et de Tourisme, de l’administration communale dont elle fut une secrétaire occasionnelle, et surtout celle de la permanence d’accueil, des dizaines d’années durant, au nom des diverses associations patriotiques nivelloises, alliant dévouement et compréhension quand ce n’était pas du réconfort.

……….

De retour au domicile vers 13 h 00, Germaine et Albert perçurent un vrombissement grandissant dans le lointain et virent bientôt, alors qu’ils se promenaient dans le jardin, une première vague de bombardiers piquant vers le centre de Nivelles pour y larguer leurs bombes incendiaires. Il est à peine 13 h 15. Vers 13 h 30, une autre vague d’avions allemands s’est pointée et a lancé ses bombes, cette fois explosives, l’un d’eux survolant la gare du Nord et visant plus que probablement le train des CRAB qui s’’efforçait de s’éloigner à toute vapeur en direction de Manage.

…………..


Laisser un commentaire